fenêtre sur rue

série réalisée en 2020
photographie numérique



Généralement mobile pour photographier mon sujet, le sujet doit cette fois venir à moi. J’utilise les contraintes du premier confinement, imposé durant la crise sanitaire, pour photographier le mouvement passant depuis ma fenêtre.

Le négatif permet d’anonymiser les passants en réduisant la lisibilité de l’image. Cette esthétique forte permet aussi, et surtout, d’amener une atmosphère particulière, presque psychotique et hors du temps.